Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Crème sure

C’est toi l’homme esseulé, l’homme singulier, l’abandonné. Le délaissé : celui dont personne ne veut entendre ni remarquer. Anonyme, dans un coin, sur la rue ou dans une boîte abandonnée, il n’est qu’un corps souillé habité par une âme indisciplinée. Jadis, il a rêvé et maintenant, il n’est qu’un oublié de la conformité. Il mène une vie improvisé et sa vie est remplie d’instants insensés. Cet homme : jamais corrompu à lui-même il sera. Cet homme : il est la fierté de l’indépendance. Pour les capitalistes bourgeois, cet homme; c’est de la crème sure.

Crème sure dans écriture et poésie mendiant

.
 

La capsule

Je vis dans une capsule. Ma capsule, c’est mon petit univers illusoire qui limite ma conscience et qui libelle la charte de mon existence. Encapuchonnée dans ma capsule, j’érige les murs de mon esprit tout en limitant la volatilité de mon âme. C’est la capsule qui éteint l’imagination de l’enfant. C’est elle qui tache les rêves. La capsule c’est le malheur.  Et là, je comprends. C’est cette capsule qui me sauve de devenir folle et malade. Sans elle je devrais réaliser la laideur sale qui nous entoure. Sans elle, je serais obligée d’apprendre que le monde est illégitime et malhonnête. Je prendrais conscience des enfants innocents qui meurt sans avoir rien demandés, pendant que d’autres, défoncés par la vie se laissent mourir par la dépendance. Chacun dans sa capsule, notre univers est illusoire. Parce que le monde rend malade. 

.
 

Les Saintes Larmes

Aujourd’hui j’ai pleurée, oui oui, des petites gouttes d’eau de mer ont chatouillées mes joues.
Sa faisait au moins deux jours entiers que je n’avais pas braillé. Ce qui est inhabituel.
En fait, je commencais 
à me demander si je ne m’étais pas transformée en l’une de ces bêtes frigides des temps modernes. Vous savez, celles qui sont déssechées de l’intérieur, ces moules vacants, ceux qui sont creux et impassibles. Des Marmoréens à vrai dire, synonymes de dureté et que l’on associe au marbre, cette pierre froide et solide. Heureusement, aujourd’hui, j’ai retrouvée mes sens: instable je suis, et oui, mais la vérité c’est que j’ai l’impression de respirer les émotions de tout le monde à leur place. La réalité c’est que j’ai toujours su que j’avais le coeur délicat et les émotions à  fleur de peau. Seulement, ce que je n’arrive pas à savoir c’est pourquoi certains pensent qu’être vulnérable aux émotions est un caractère péjoratif de la personnalité. Moi, jeune sensible et débordante d’émotion, je sais à quel point il fait bon de manifester sa fibre intérieure. Pour moi, l’émotion nous égare de censure et c’est son principal mérite.

.
 

Le décibel

C’est à ce moment que le temps fige.
 Je ne sens plus la terre sous mes pieds,
 Je me perd, je me dissout littéralement à travers l’air,
 la poussière, ces milliers de particules anodines…
 Je perd le sens de tout mes sens, j’oublie l’inquiétudes,
 je savoure la quiétude.
 La folie quelques fois, les rêveries constamment
 Et la reflexion trop souvent, bouscule le trône de ma pensée.
 Cette latence est ma détente, ma pérégrination.
 
 Pour d’autres c’est simplement irritant, le silence…

 

.
 
  • six feet under

    six feet under

  • Auteur :

    andreana

  • Le noir est une couleur en soi, qui résume et consume toutes les autres

  • la fantaisie c’est la légèreté de l’esprit, la veine positive et fluide, l’inspiration aérienne.

  • Citation de Fedor Dostoïevski, Les Frères Karamazov

    «Un véritable réaliste, s'il est incrédule, trouve toujours en lui la force et la faculté de ne pas croire, même au miracle, et si ce dernier se présente comme un fait incontestable, il doutera de ses sens plutôt que d'admettre le fait.»
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Patrick Krémer |
jdvl |
Inspiration sans Nom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | une prof pour ses élèves
| Les Fables de Chabreh
| impressionsexpressions